Expérience d’intelligence collective.
Comité Métallos 2012

Compte-rendu de l’atelier d’intelligence collective dirigé par Majo Hansotte* dans le cadre du Parcours filles-femmes sur le monde à l’envers : 10-12 février 2012


Dates : vendredi 10 février 19h-22h et samedi 11 février 9h-17h – Restitution de l’atelier lors du Troc livres le dimanche 12 février

18 personnes étaient présentes lors de cet atelier, 17 femmes et 1 homme.

– Vendredi 10 février : première phase
Majo Hansotte a introduit l’atelier. C’est  d’intelligence citoyenne plutôt que  d’intelligence collective dont il faut parler.  Malgré le temps très court de l’initiation  ( 3fois 3h)  l’objectif  est la création d’interventions dans l’espace public. A partir de la phrase « Femmes dans un monde à l’envers » ecrite sur du papier kraft , à même le sol Majo nous invite à  y réagir. Chaque personne était invitée à écrire, dessiner, avec des markers de toutes les couleurs, bomber la toile  selon ce que lui évoquait les femmes dans un monde à l’envers et les injustices vécues, subies. Cette fresque était un socle, un accompagnement de notre démarche et réflexion citoyennes.

– Samedi  matin 11 février : deuxième phase
Travail avec des post-it géants. Michèle H nous a raconté l’histoire d’une femme, Malika, qui a vécu des situations injustes, notamment en termes de logement. Joëlle M a raconté aussi une histoire, plus courte, à propos d’une artiste qui ne pouvait plus exercer dans un atelier d’artiste partagé (fermé et proposé ensuite à des artistes plus « connus ») et était obligée de peindre dans sa cuisine, faute d’espace pour travailler et s’exprimer.

A partir de ces histoires de vie, les participants devaient inscrire sur des post-it tous les mots qui leur venaient à l’esprit en les écoutant. Il fallait laisser aller ses émotions, être totalement dans le sensible et réagir à cette écoute en mettant en avant ce que l’on trouvait injuste, clamer ses « coups de gueule ». Les post-it ont été collés sur un pan du mur de la salle. La seconde étape a consisté à dessiner un, deux ou trois dessins afin d’imager les histoires que l’on venait d’entendre. Post-it collés également sur un pan de mur.
La troisième étape a consisté à écrire des propositions de changement. Post-it collés sur un 3e pan de mur.
Ce mur de post-it, constitué de mots et de dessins a été la base de travail pour préparer les interventions. Chaque personne a choisi deux mots sur le 1er mur des coups de gueule, deux dessins sur le mur des dessins et une proposition de changement.

– Samedi après midi : Troisième phase
3 groupes se sont constitués  pour préparer trois sortes d’ interventions :
– une infiltration : le « Collectif J’ai les clefs » a proposé des pots en terre avec des panneaux piqués dans chaque pot sur lesquels étaient inscrites des histoires injustes par rapport au logement. Ces pots sont supposés être installés dans des jardins ou tout autre espace public.
– un happening : une femme est assise dans la rue, recouverte de cartons, délaissée, sans abri. Un groupe de 4, 5 personnes déploient les cartons sur lesquels sont inscrites des phrases sur les sans-abris, les injustices concernant les logements, les abus des propriétaires, des revendications pour changer les choses, pour dénoncer les inégalités et une boîte à idées, à solutions proposée au public pour qu’il dépose ses solutions de changement.
– une chanson : à partir d’un exercice sur des images fortes que nous évoquaient tous les mots et les dessins que chacun avait choisi et à partir de l’ensemble du mur de post-it, une chanson a été écrite, un refrain et 5 strophes, chacune ayant écrit sa strophe.
Les 3 interventions ont été proposées dans un 1er temps aux autres groupes à la fin de la journée du samedi et ensuite le dimanche après-midi lors du Troc livres.

Dimanche, la fresque a été collée sur le trottoir devant la Maison des métallos, l’infiltration (les pots) a été installée à l’extérieur sur le mur de la salle du troc livres, le happening s’est déroulé devant la Maison des métallos et la chanson a été proposée dans la salle du troc livres.

* Majo Hansotte est docteure en Philosophie et Lettres, elle est l’auteure d’une thèse sur l’espace public contemporain (Université de Liège) ; elle en a tiré un ouvrage intitulé « Les intelligences citoyennes » (De Boeck 2è édition 2005) et a réalisé plusieurs plaquettes méthodologiques en lien avec des préoccupations de terrain. Elle dirige une collection portant le même titre que son ouvrage « Les intelligences citoyennes » destinée à accueillir des démarches concrètes de citoyenneté ou des réflexions théoriques soutenant le travail militant. Depuis de nombreuses années, elle a en charge la formation d’acteurs engagés dans les mouvements sociaux et associatifs, dans le développement territorial et l’éducation populaire. Elle est également chargée par la Communauté française de Belgique d’une mission portant sur la participation citoyenne en Wallonie et à Bruxelles, en lien avec l’Europe et la francophonie. La démarche de formation proposée par Majo Hansotte s’adresse à des acteurs de terrain, à des intervenants sociaux ou à des citoyens ordinaires et s’appuie sur les acquis de son ouvrage.

Les participants impliqués dans la démarche témoignent de situations injustes vécues par eux. Sur base de ces témoignages le groupe construit une parole solidaire et élabore des revendications, des pistes d’actions ou des projets de vie, des initiatives de quartiers, des innovations culturelles et sociales…. Les étapes de la démarche sont les suivantes :

– un travail éthique d’écoute de chacun par chacun, de compréhension réciproque et d’interprétation des récits visant à en dégager les exigences de changement.

– Un travail analytique d’explication et de mise en contexte des situations vécues.

– Un travail de potentialisation des récits : la construction d’une expression créative et d’une action, à travers la constitution d’un collectif.

  • La Culture citoyenne c’est : « la reconnaissance de l’égale dignité de toutes les cultures ». C’est faire référence au principe universel de la déclaration des droits de l’ Homme de 1948 « tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits « . En conséquence pour les projets culturels :  » toute personne doit pouvoir participer à la vie culturelle de son choix et exercer ses propres pratiques culturelles. C’est la personne qui choisit sa culture, lui donne sens et valeur. Personne n’est « sans culture », toute personne est « offreur de culture ». Chacune apporte sa part d’Humanité, c’est-à-dire, contribue, même fort modestement, au patrimoine de l’ Humanité. L »universel n’est plus dans  » l’œuvre d’art », mais dans la dignité de la personne. La personne ne peut être réduite au statut  » d’habitant » anonyme ou de  » population » silencieuse, sans valeur ! » Cazimir Bizou.                                                                                                                                                                                                     Pour le Comité métallos, les lieux de culture sont populaires, accueillants et fraternels. Ce sont des lieux de rencontre, d’émancipation et de luttes sociales.
  • Le collectif Pouvoir d’agir pend la crémaillère !

Le Comité métallos s’engage dans le réseau Pouvoir d’agir!
Le comité métallos est un témoin du manque de capacité des politiques publiques à prendre en compte les capacités d’expression, d’initiative et d’action des habitants. Le Comité déplore l’individualisation des approches qui empêche la formation de collectif. La participation au collectif Pouvoir d’agir permettra au Comité d’apporter son expérience de terrain au sein de ce réseau et de jouer collectif pour contribuer à faire reconnaitre la réelle plue-value de la participation des habitants, des associations, des artistes au devenir de la Maison des métallos. Voir le site du collectif Pouvoir d’Agir qui vise à mettre en valeur les initiatives qui permettent aux citoyens de développer leur pouvoir d’agir sur leur environnement et leur vie, ainsi qu’à favoriser le partage d’expériences.

Collectif informel créé en 2010 à l’initiative de réseaux associatifs agissant dans les quartiers populaires, Pouvoir d’agir est un lieu d’échanges, de réflexion et d’action, ouvert à tous ceux qui souhaitent contribuer à :

  1. Rendre plus visibles les initiatives qui permettent aux citoyens de développer leur pouvoir d’agir, dans tous les domaines de la vie sociale
  2. Développer ces initiatives grâce à l’appui de collectifs locaux
  3. Promouvoir le pouvoir d’agir des citoyens comme levier indispensable à la construction du bien commun

Le collectif est au service de l’engagement de ses membres, personnes ou réseaux, il n’a aucunement vocation à les représenter. Nous avons publié un appel « Pour mieux vivre ensemble : le pouvoir d’agir des citoyens » et souhaitons organiser, avec tous ceux qui se reconnaitront dans ce texte, une série d’actions en France, à partir de la rentrée 2011.

Lire l’appel

Vous souhaitez nous rejoindre ou recevoir nos infos? Ecrivez-nous à pouvoir.agir@gmail.com

© Copyright Comité Metallos - Designed by Erwann